« Sneakers » , mais c’est quoi ?

« Sneakers » , mais c’est quoi ?

Un terme bien connu des générations impliquées dans l’espace urbain qui relève du barbarisme, pour les non initiés. Alors, la sneaker, comment ça marche ?

Pour faire court, c’est une affaire un style, destinée aux gens bien dans leur tête et dans leurs shoes, qui a ses codes et son langage.

On la tune ,on l’expose sur des sites dédiés. 

Bien malin celui qui saura remonter aux origines du phénomène. Il est communément admis, qu’il est apparu aux Etats-Unis avec les B.Boys de New-York (les membres de la scène hip-hop) qui ont détourné les baskets des terrains de basket-ball à la fin des années 70 pour en faire un accessoire incontournable de leur panoplie. Certains relèvent toutefois un détournement similaire, aux cours des années 40. Toutefois, tous s’accordent à dire que la tendance s’est développée par le biais de la culture hip-hop . La tecktonik relancera le phénomène en proposant des sneakers de plus en plus fun.

utilitaire ou accessoire de mode, la basket est désormais universelle. Certains passionnés courent les sneakmess pour se procurer, la paire sortie en édition limitée, voire très limitée. Il n’est plus là question de confort ni même d’élégance mais de véritables collections générant des côtes exorbitantes. Toute une communauté se crée autour de cette tendance, qui échange des infos sur les réseaux sociaux, alimentés par les influenceurs, grands prêtres de la messe sneakienne. Le tout naviguant entre échanges conviviaux et compétition féroce.
De nombreuses stars sont des sneakers addict ou sneakerhead reconnus. On peut citer des rappeurs comme Fat Joe, Missy Elliott, Russel Simons ou, des artistes comme Spike Lee et Mathieu Kassovitz.

Au-delà d’une simple passion, la sneaker a produit ses livres, ses films, ses documentaire…

Sortir les baskets du terrain de sport était un concept révolutionnaire qui ne pouvait venir que de la rue.
Les grandes marques on su s’approprier le phénomène. Un marché juteux qu’ils ont fait fructifier, créant l’événement, renouvelant sans cesse les gammes.
Depuis, la sneaker est la chaussure la plus portée dans la cité.
Les premiers modèles de Nike, New Balance, Adidas, Puma… sont devenus collector.

Les créatifs sont entrés dans la partie, les graffeurs aussi .
La basket est alors devenue support de communication, vecteur de messages.

La basket blanche des débuts est loin, mais revient régulièrement, comme une référence à des valeurs fondamentales.

Alors, à l’instar de Monsieur Jourdain, portiez-vous des sneakers sans le savoir ?